L’économie camerounaise enregistre depuis plus d’une décennie des performances certes louables avec des taux de croissances positifs d'une moyenne de 4,1  sur la période 2006-2016. Mais cette performance est restée en deçà du scenario principal du Document de  Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) qui projetait un taux de 7% en moyenne pour permettre de réduire sensiblement  le seuil de pauvreté des populations camerounaises. La dernière évaluation faite par la 4ème Enquête Camerounaise Auprès des Ménages en 2014 (ECAM 4) confirme malheureusement que la pauvreté stagne, mieux elle résiste et a même tendance à s’aggraver en milieu rural.

comment amliorer la maturation des projets au cameroun volume1

Parmi les solutions envisagées et dont la pertinence ne souffrirait d’aucune contestation jusqu’alors, il y a le levier de modernisation de l’appareil de production. Pour ce faire, les actions à mener contribueraient entre autres au développement d’une agriculture de seconde génération, à la modernisation du cadastre national,  à la transparence dans la gestion des ressources naturelles, la réalisation des grands projets dits structurants, etc. 

Rendus en 2017, soit huit années après le lancement de la stratégie (DSCE 2010), pourquoi la mayonnaise tarde à prendre ? Plusieurs analyses ont été esquissées et parmi les problèmes récurrents relevés comme frein à l’allumage, on cite la maturation des projets. 

En amont de ce problème majeur identifié, et en ce qui concerne particulièrement les projets d’intervention (projets d’aménagement, projets d’infrastructures diverses et édifices), on retrouve la question des conflits domaniaux, notamment sur la base des textes de lois et règlements existants en République du Cameroun. 
Il est donc apparu nécessaire et opportun pour le Centre d’Analyse et de Recherche sur les Politiques Economiques et Sociales du Cameroun (CAMERCAP-PARC) d’ouvrir la réflexion par cette étude en vue de l’harmonisation des textes relatifs à l’utilisation des terres et des ressources naturelles en cas de conflits d’usage. 

La finalité étant non pas de critiquer pour assouvir une soif intellectuelle, mais de mettre en lumière les zones d’ombres existantes, identifiées par les Experts en la matière et dont la technicité  se fait et/ou continue à faire autorité dans notre pays et ailleurs. 


Par cette analyse comparée et contradictoire, le CAMERCAP-PARC a voulu contribuer de manière « immergée », à desserrer l’un des verrous qui plombent la maturation des projets au Cameroun. 

D’autres pans de solutions sont abordés par ailleurs par le Centre et le lecteur est invité à s’y référer pour une saisine holistique de nos propositions aux acteurs en présence, parmi lesquels et à titre principal, le Gouvernement du Cameroun./

Le Directeur Exécutif, 

Barnabé OKOUDA

Télécharger l'étude complète

 

 

TROIS PRIORITES STRATEGIQUES

  • Promouvoir la stabilité politique +

    Promouvoir la stabilité politique Le renforcement des capacités essentielles en vue de promouvoir la stabilité politique et sociale pour un changement transformationnel.
  • Réguler le secteur productif +

    Réguler le secteur productif Renforcer les capacités en vue de faire participer et réguler le secteur productif.
  • Suivre l'împact des politiques +

    Suivre l'împact des politiques Renforcer les capacités en vue de suivre l’impact des politiques.
  • 1

PLAN D'ACTIONS PRIORITAIRES

  • Adoption +

    Adoption Adoption d'une approche intégrée du capital humain
  • Optimisation +

    Optimisation Optimisation des capacités de programmation et de mise en oeuvre des politiques, projets et programmes de développement au Cameroun
  • Rationalisation +

    Rationalisation Rationalisation des institutions du secteur public, du secteur privé
  • Alignement +

    Alignement Alignement des choix et de la vision de développement sur l'enracinement culturel et l'environnement local
  • 1